Avis CNC 7-1 - Durée  de  l’exercice  comptable  


La  question  a  été  posée  à  la  Commission  de  savoir  si  les  dispositions  de  l'article  9  de  la loi  du  17  juillet  1975  et  article  92§1  du  Code  des  Sociétés  imposant  l'établissement  une fois  l'an  au  moins  d'un  inventaire  et  de  comptes  annuels,  dispositions  sanctionnées  par l'article  16  de  la   loi  comptable  et  article  126  §  1  du  Code  des  Sociétés,  avaient  pour effet  de  prohiber  qu'à  titre  exceptionnel,  lors  de  la  constitution  de  la  société  ou  au cours de  sa  vie  sociale,  les  statuts  ou  une  modification  de  ceux‐ci  prévoient  un  exercice  d'une durée  supérieure  à  douze  mois.   
  
Le  commentaire  consacré  dans  l'exposé  des  motifs  de  la  loi  comptable   à  l'article  71 montre  clairement  l'intention  du  législateur  de  ne  pas  modifier,  quant  au  fond,  sous réserve  de  la  sanction  dont  elle  est  assortie,  l'obligation  incombant  depuis  longtemps  à tout  commerçant  en  vertu  de  l'article  17  du  Code  de  Commerce  de  dresser  chaque année un  inventaire.  Si  le  législateur  avait  entendu  instaurer  des  règles  nouvelles  quant  à l'annalité  de  l'inventaire  et  des  comptes  annuels,  il  est  certain  que  cette  volonté  se  serait traduite  de  manière  explicite  au  cours  de  travaux  préparatoires.   
  
Si  la  loi  de  1975  n'a  pas  innové  en  la  matière,  la  question  porte  sur  la  situation  antérieure  à  celle‐ci.  Il  paraît  évident  que  le  texte  légal  s'opposerait  à  ce  que  de  manière  systématique  l'exercice  ait  une  durée  supérieure  à  douze mois;  la  conformité  à  la  loi  d'un  prolongement  exceptionnel  d'un  exercice  n'a  pas,  à  la  connaissance  de  la  Commission,  fait  l'objet  de  décisions  jurisprudentielles  ni  suscité  de  prises  de  positions  doctrinales,  bien  que  cette  situation  soit  fort  courante  dans  la  pratique.  Les  commentaires  consacrés  par  Van  Ryn  (Tome  I,  p.  455)  et  par  Wauwermans  (p.  420)  à  la  durée  de  l'exercice  ne  distinguent  pas  cette  hypothèse  particulière.   
  
La  question  doit  toutefois  être  considérée  comme  tranchée  dans  le  sens  de  la  licéité  vu  que   dans  l'article15,  §3  du  Code  des  Sociétés,  l'éventualité  d'un  exercice  d'une  durée  supérieure  à  douze  mois  est  visée  de  manière  expresse.   
 

  • 1. Actuellement repris par l’article 9 de la loi comptable.