Avis CNC 12-5 - Calcul sur base consolidée

Cet  avis  est  caduc  suite  à  la  modification  à  l’époque  de  l’article  64  §2  L.C.S.C.
  

L'article  12,  §  2,  de  la  loi  du  17  juillet  1975  prévoit  des  critères  de  taille  qui  s'appliquent  notamment  pour :   
 

  • l'établissement  et  la  publication  des  comptes  annuels  selon  un  schéma  abrégé;     
  • le  régime  de  publicité  des  comptes  annuels  de  certaines  catégories  d'entreprises  visées  à  l'article  10  de l'arrêté  royal  u  12  septembre  1983;   
  • l'obligation  de  désigner  un  reviseur  d'entreprise;   
  • la  publicité  du  rapport  de  contrôle  et  du  rapport  de  gestion.   

Les  modalités  de  détermination  de  ces  critères  ont  été  fixées  par  les  articles  11  et  12  de l'arrêté  royal  du  12  septembre  1983.  L'article  12,  §  2,  de  cet  arrêté  prévoit  entre  autres que  les  critères  en  matière  de  chiffre  d'affaires  et  de  total  du  bilan  sont  déterminés  sur ne  base  consolidée  lorsque  l'entreprise  est  liée  à  une  ou  plusieurs  autres,  au  sens  de l'arrêté  royal  du  8  octobre  1976.   
  
La  Commission  a  été  interrogée  au  sujet  de  l'application  de  ces  modalités  de  calcul  :  la gestion  lui  a  notamment  été  posée  de  savoir  si,  lors  de  la  détermination  sur  base consolidée,  il  convenait  de  suivre  les  dispositions  de  l'arrêté  royal  du  6  mars  1990  et  si, dans  l'affirmative,  les  entreprises  liées  qui  avaient  été  laissées  en  dehors  de  la consolidation  en  application  des  dispositions  de  cet  arrêté  devient  être  prises  en considération  pour  la  détermination,  sur  base  consolidée,  du  chiffre  d'affaires  et  du  total du  bilan.   
  
L'avis  12/4  (bulletin  n°  16,  avril  1985,  p.  10‐11)  a  apporté  certaines  précisions  à  propos de  la  motivation  et  de  la  mise  en  œuvre  du  mode  de  calcul  sur  base  consolidée  : «Cette [méthode  de  calcul]  a  donné  forme  réglementaire  à  l'intention  affirmée  dès  le  départ  par le  Gouvernement  (...)  d'avoir  égard,  en  ce  qui  concerne  le  régime  allégé  prévu  en  faveur des  petites  et  moyennes  entreprises,  aux  véritables  petites  et  moyennes entreprises,  à l'exclusion  des  entreprises  de  petite  taille  constituées  par  ou  intégrées  dans un  groupe  de sociétés  important  (...).  Quant  aux  modalités  de  calcul  sur  base  consolidée du  montant  du chiffre  d'affaires  et  du  total  du  bilan,  (...)  il  y  a  lieu  de  se  référer  aux principes généralement  admis  en  matière  de  consolidation,  tels  qu'ils  sont  traduits notamment  dans la  septième  directive  de  la  C.E.E.»   
  
La  Commission  estime  qu'il  est  clair  que  depuis  la  date  d'entrée  en  vigueur  de  l'arrêté royal  du  6  mars  1990  transposant  en  droit  belge  la  septième  directive,  le  calcul  sur  base consolidée  doit  s'effectuer  en  conformité  avec  les  dispositions  de  cet  arrêté.   
  
Cela  ne  signifie  pas  pour  autant  que  les  entreprises  laissées  en  dehors  de  la consolidation en  application  de  cet  arrêté  ne  doivent  pas  être  prises  en  considération  pour  la détermination,  sur  base  consolidée,  du  chiffre  d'affaires  et  du  total  du  bilan

L'article  12,  §  2,  de  l'arrêté  royal  du  12  septembre  1983  dispose  en  effet  que  ces critères sont  déterminés  sur  une  base  consolidée  lorsque  l'entreprise  est  liée  à  une  ou  plusieurs autres,  au  sens  de  l'arrêté  royal  du   
8  octobre  1976.   
  
Une  entreprise  liée,  au  sens  des  dispositions  de  cet  arrêté,  reste  une  entreprise  liée même  si  elle  est  laissée  en  dehors  de  la  consolidation  en  application  des  dispositions  de l'arrêté  relatif  à  la  consolidation.   
Par  conséquent,  elle  doit  être  prise  en  considération  pour  le  calcul,  sur  base  consolidée, du  chiffre  d'affaires  et  du  total  du  bilan.