Avis CNC 4-4 - Principe  de  la  comptabilité  en  partie  double

La  Commission  a  été  interrogée  sur  la  conformité  au  regard  du  droit  comptable  d'un logiciel  de  comptabilité  présentant  la  particularité  de  comptabiliser  les  notes  de  crédit  de clients  et  les  notes  de  crédit  établies  par  les  fournisseurs  en  «négatif»  au  débit  du compte  clients  ou  au  crédit  du  compte  fournisseurs.     

La  Commission  a  considéré  qu'une  telle  méthode  de  comptabilisation  «en  négatif»  ne pouvait  être  appliquée  que  pour  autant  qu'elle  soit  conforme  aux  règles  usuelles  de  la comptabilité  en  partie  double  auxquelles  l'article  4,  alinéa  1er  de  la  loi  du  17  juillet  1975 renvoie  de  façon  explicite  et  aux  règles  particulières  prévues  par  ses  arrêtés  d'exécution.   

Ceci  implique  que : 

  • la  méthode  de  comptabilisation  doit  être  appliquée  à  la  fois  dans  le  livre  journal  et  dans les   comptes.  Si  ce  n'était  pas  le  cas,  les  mouvements  en  débit  et  en  crédit  d'une période  dans  les   journaux  ne  correspondraient  pas  aux  mouvements  en  débit  et  en  crédit  dans  les  comptes.  Un  élément   essentiel  de  vérification  de  report  complet  et  correct  dans  les  comptes  des  données  enregistrées   dans  les  journaux  serait  dès  lors  perdu;  il  en  résulterait  une  altération  de  la  fiabilité  de  la   comptabilité;   
  • cette  méthode  ne  peut  être  appliquée  aux  remises,  ristournes  et  rabais  obtenus  ou  accordés  car   une  comptabilisation  «en  négatif»  serait  contraire  aux  dispositions  de  l'arrêté  royal  relatif  au  plan   comptable  normalisé  qui  prévoit  des  comptes  particuliers  608‐708)  pour  ces  opérations;   
  • en  toute  hypothèse,  le  principe  de  l'interdiction  de  compensation1  et  le  principe  du  caractère  complet  des  comptes  annuels2  doivent  être  respectés.     

ll  en  découle  que,  en  fait,  une  telle  méthode  de  comptabilisation  «en  négatif»  ne  pourra  être  utilisée  que  pour  corriger  une  écriture  antérieure.     

  • 1. Article  25,  §2  de  l’arrêté  royal   du  30  janvier  2001.
  • 2. Article  25,  §1  de  l’arrêté   royal  du  30  janvier  2001.