Avis CNC 12/2 - Champ  d'application  des  arrêtés  d'exécution: exercice auquel les  critères  sont  applicables

Cet  avis  est  caduc  vu  le  nouvel  article  12  de  la  loi  du  17  juillet  1975  (cf.  L’article  8  de  la  loi  du  1er  juillet  1983)
(voir  liste  des  avis  publiés,  bulletins  1‐24    août  1977‐septembre  1989)  
  

La  question  a  été  posée  de  savoir  à  quel  exercice  et  à  quel  bilan  il  y  avait  lieu  de  se référer  en  ce  qui  concerne  les  critères relatifs  au  personnel  occupé,  au  montant  du chiffre d'affaires  et  au  total  du  bilan,  prévus  à  l'article  12  de  la  loi  du  17  juillet  1975.  S'agit‐il de  l'exercice  en  cours,  de  l'exercice  auquel  les  comptes  annuels  sont  afférents  ou  de l'exercice  précédent?   
  
Le  texte  de  l'article  12  ne  permet  pas  une  réponse  certaine;  toutefois,  replacé  dans  son contexte  et  dans  son  objet,  il  doit,  de  l'avis  de  la  Commission,  s'interpréter  comme visant l'exercice  précédent.   
  
En  effet,  cet  article  dispense  les  entreprises  visées  de  l'obligation  de  se  conformer  aux arrêtés  pris  en  exécution  de  la  loi  en  ce  qui  concerne  non  seulement  les  comptes annuels et  les  comptes  consolidés,  mais  également  le  plan  comptable  minimum  normalisé.   
  
Or,  pour  ce  qui  est  du  respect  du  plan  comptable  minimum  normalisé,  les  entreprises doivent  savoir  dès  le  début  de  l'exercice  si  elles  sont  soumises  à  l'arrêté  qui  l'impose;  il ne  se  concevrait  pas  qu'elles  tombent  de  manière  rétroactive  dans  l'obligation  de  se conformer  à  ce  plan  comptable  normalisé,  du  fait  qu'en  cours  d'exercice  les  chiffres  visés à  l'article  12  se  verraient  dépassés.  Par  ailleurs,  on  ne  pourrait  logiquement  considérer que  les  critères  de  référence  prévus  audit  article  doivent  s'interpréter  différemment  selon qu'il  s'agit  de  l'application  de  l'arrêté  relatif  aux  comptes  annuels  ou  de  l'arrêté  relatif  au plan  comptable,  vu  le  lien  qui  unit  les  prescriptions  de  l'un  et  de  l'autre  (article  5  de l'arrêté  royal  du  8  octobre  1976)  ou  qu'ils  doivent  s'interpréter  de  manière  différente selon  qu'il  s'agit  du  critère  relatif  au  «personnel  occupé»,  au  «montant  du  chiffre d'affaires»  ou  au  «montant  du  total  du  bilan».   
  
Pour  les  entreprises  qui  débutent  leurs  activités  après  l'entrée  en  vigueur  de  la  loi,  il  y  a lieu,  de  l'avis  de  la  Commission,  d'appliquer  de  manière  analogique  la  disposition  de l'article  1er,  alinéa  3  de  l'arrêté  royal  du  23  décembre  1975  pris  en  exécution  de  la  loi. Dès  lors,  les  entreprises  dont  il  s'agit  peuvent,  pour  apprécier  si  elles  bénéficient  de l'article  12  précité,  se  baser  sur  des  prévisions  faites  de  bonne  foi  et  portant  sur l'importance  de  leur  personnel,  de  leur  chiffre  d'affaires  et  du  total  de  leur  bilan  pour leur  premier  exercice  d'activité.