Avis CNC 12-4 - Calcul  des  critères  de  taille  sur  base   

Cet  avis  est  caduc  suite  à  publication  de  l’arrêté  royal  du  6  mars  1990  (M.B.  27  mars  1990)  et  l’entrée  en  vigueur  de  l’article  141  du  Code  des  Sociétés.  


L'article  12  de  la  loi  du  17  juillet  1975,  tel  que  modifié  par  la  loi  du  1er  juillet  1983, prévoit  que  les  petites  et  moyennes  entreprises,  définies  par  référence  aux  critères  qu'il prévoit,  ont  la  faculté  d'établir  et  de  publier  leurs  comptes  annuels  selon  un  schéma abrégé  fixé  par  le  Roi.   

Une  distinction,  établie  selon  les  mêmes  critères,  a  été  introduite  également: 

  1. en  ce  qui  concerne  le  régime  de  publicité  des  comptes  annuels  de  certaines      catégories  d'entreprises   visées  à  l'article  10  de  'arrêté  royal  du  12  septembre      1983  portant  exécution  de  l'article  10,  §  2  de  la  loi   comptable;  
  2. en  ce  qui  concerne  l'obligation  pour  les  sociétés  de  capitaux  de  désigner  un      commissaire  reviseur   (article  64,  §  2  nouveau  des  lois  coordonnées  sur  les      sociétés,  introduit  par  la  loi  du  21  février  1985   relative  à  la  réforme  du  revisorat      d'entreprises);  
  3. en  ce  qui  concerne  la  publicité  des  rapports  de  contrôle  et  de  gestion  visés      aux  articles  65  et  77  des   lois  coordonnées  sur  ls  sociétés  (modifiés  par  la  loi  du      5  décembre  1984).   

    
Les  critères  des  petites  et  moyennes  entreprises  sont  définis  par  la  loi  par  référence  au personnel  occupé  (50),  au  chiffre  d'affaires  annuel,  hors  taxe  sur  la  valeur  ajoutée,  (80 millions  de  francs)  et  au  total  du  bilan  (40  millions  de  francs).  Est  considérée  comme petite  ou  moyenne  entreprise,  l'entreprise  qui  dépasse  pas  plus  d'un  des  critères susvisés; elle  n'est  toutefois  pas  considérée  comme  telle  dès  lors  que  le  personnel  qu'elle  occupe dépasse  100  personnes  (article  12,  §  2  de  la  loi  du  17  juillet  1975). 

La  loi  attribue  par  ailleurs  compétence  au  Roi  pour  déterminer  les  modalités  de  calcul  de ces  critères  (article  12,  §  2,  alinéa  2).  En  exécution  de  cette  disposition,  les  modalités  de calcul  de  ces  critères  ont  été  déterminées  par  l'arrêté  susvisé  du  12  septembre  1983 (articles  11  et  12).   

Cet  arrêté  prévoit  (article  12,  §  2)  que  «Dans  le  cas  d'une  entreprise  liée  à  une  ou plusieurs  autres,  au  sens  de  l'arrêté  royal  du  8  octobre  1976,  relatif  aux  comptes  annuels des  entreprises,  les  critères  en  matière  de  chiffre  d'affaires  et  de  total  du  bilan,  visés  à l'article  12,  §  2  (susvisé),  sont  déterminés  sur  une  base  consolidée.  Quant  au  critère  en matière  de  personnel  occupé,  le  nombre  de  travailleurs  occupés  en  moyenne  annuelle par chacune  des  entreprises  liées  est  additionné.».   

Cette  disposition  a  donné  forme  réglementaire  à  l'intention  affirmée  dès  le  départ  par  le Gouvernent  (cf.  Exposé  des  motifs  du  projet  de  loi  modifiant  la  loi  comptable ‐ Document Chambre  des  Représentants,  session  1980‐1981,  n°  925/1,  p.  6)  d'avoir  égard,  en  ce  qui concerne  le  régime  allégé  prévu  en  faveur  des  petites  et  moyennes  entreprises,  aux véritables  petites  et  moyennes  entreprises,  à  l'exclusion  des  entreprises  de  petite  taille constituées  par  ou  intégrées  dans  un  groupe  de  sociétés  important  (cf.  Rapport  au  Roi précédant  l'arrêté  susvisé  du  12  septembre  1983,  p.  2).     
  
 Diverses  questions  ont  été  posées  à  la  Commission  sur  l'interprétation  de  cette  règle,  notamment  quant  aux   entreprises  visées  et  quant  aux  modalités  de  calcul  sur  base  consolidée.   
 

  1.  Quant  aux  entreprises  visées,  on  relèvera  tout  d'abord  que  la  disposition      relative  au  calcul  des  critères   sur  base  consolidée  s'applique  à  toute      entreprise visée  par  la  loi  comptable  qui  constitue  une  entreprise   liée.  Elle      s'applique  dès  lors  non  seulement  aux  entreprises  ‐ établies  en  Belgique  ou  à      l'étranger  ‐ «tête   de  groupe»,  mais  également  aux  sociétés  filiales.  Quant  à  la      notion  d'entreprise  liée,  il  y  a  lieu,  aux   termes  de  l'article  12,  §  2  précité,  de  se      référer  à  la  définition  qui  en  est  donnée  par  l'arrêté  du  8  octobre   1976.  Cette      notion  a  fait  l'objet  de  deux  avis  de  la  Commission  publiés  dans  son  Bulletin  n°      4,  p.  20  et   dans  son  Bulletin  n°  6,  p.  11.  On  relèvera  à  cet  égard  que  vis‐à‐vis      de  ses  succursales  et  sièges   d'opérations  établis  en  Belgique,  l'entreprise  de  droit      étranger  est  assimilée  à  une  entreprise  liée.   
     
  2. Quant  aux  modalités  de  calcul  des  critères  chiffrés,  la  règle  de  l'addition  du      nombre  de  personnes   occupées  en  moyenne  par  l'ensemble  des  entreprises  liées,      ne  soulève  pas  de  difficultés  d'interprétation.  

Quant  aux  modalités  de  calcul  sur  base  consolidée  du  montant  du  chiffre  d'affaires  et  du total  du  bilan,  la  Commission  a  fait  valoir  qu'il  y  a  lieu  de  se  référer  aux  principes généralement  admis  en  matière  de  consolidation,  tels  qu'ils  sont  traduits  notamment dans la  septième  directive  de  la  C.E.E.   
  
En  vertu  de  ces  principes,  lorsque  la  participation  dépasse  50  %,  il  est  de  règle  de procéder  à  une  consolidation  intégrale,  c'est‐à‐dire  que,  sous  réserve  de  l'«annulation» des  créances  et  dettes  réciproques,  des  produits  et  des  charges  résultant  de  prestations et  transferts  entre  sociétés  consolidées  et  des  relations  internes  au  tite  de  participation et  de  fonds  propres,  tous  les  actifs  et  passifs,  tous  les  produits  et  toutes  les  charges  de l'ensemble  des  entreprises  comprises  dans  la  consolidation,  sont  additionnés.  Il  s'ensuit qu'en  cas  de  participation  de  60  %,  le  chiffre  d'affaires  de  la  filiale  est  compris  dans  la consolidation  à  concurrence  de  100  %  et  non  à  concurrence  de  60  %,  sans  préjudice évidemment  de  la  déduction  du  chiffre  d'affaires  intergroupe.   

La  méthode  proportionnelle  est  toutefois  admise  lorsqu'une  entreprise  est  dirigée conjointement  par  une  entreprise  comprise  dans  la  consolidation  et  par  une  entreprise étrangère  au  groupe.  En  ce  cas  elle  peut  être  consolidée  au  prorata  de  la  participation détenue  dans  son  capital  par  la  société  comprise  dans  la  consolidation  (article  32  de  la septième  directive).  
 
Pour  les  participations  d'une  quotité  inférieure  à  cinquante  pour  cent,  il  est  de  règle d'appliquer  la  méthode  de  mise  en  équivalence.  Les  principes  de  cette  méthode  sont exposés  dans  l'article  59  de  la  quatrième  directive  et  dans  l'article  33  de  la  septième directive  de  la  C.E.E.  Il  y  est  référé.  On  soulignera  que  la  mise  en  équivalence  de  ces participations  minoritaires  reste,  en  principe1  sans  influence  sur  le  chiffre  d'affaires consolidé  et  n'a  d'effet  sur  le  total  du  bilan  consolidé  que  dans  la  mesure  où  la  valeur de la  participation  mise  en  équivalence  diffère  de  la  valeur  à  laquelle  elle  est comptabilisée dans  le  chef  de  la  société  que  la  détient.   

On  rappellera,  enfin,  que  le  calcul  sur  base  consolidée  des  critères  relatifs  aux  petites  et moyennes  entreprises  s'applique  pour  la  première  fois  a  début  de  l'exercice  prenant cours après  le  31  décembre  1983.     
 

  • 1. Voir  toutefois  l'article  59,  §  7  de  la  quatrième  directive  et  l'article  33,  §  7  de  la  septième  directive  de  la  C.E.E.