Avis CNC 4/3 - Du  livre  central

Cet  avis  est  caduc  suite  à  l’entrée  en  vigueur  de  la  loi  du  1  juillet  1983  (M.B.  8  juillet  1983)  et  l’arrêté  royal  du  25  janvier  2005  (M.B.  7  février  2005).

A plusieurs reprise, la Commission a rappelé que l'écriture récapitulative e le livre central, visés à l'article 4, alinéa 3 de la loi du 17 juillet 1975, ne sont imposés que dans la seule hypothèse où le livre auxiliaire unique ou les journaux spécialisés ne sont pas visés et éventuellement pas paraphés dans les formes  prévues à l'article 8, § 2 de la loi.   

L'écriture récapitulative dans le livre central visé et éventuellement paraphé par le Greffe du Tribunal de Commerce n'a, en effet, d'autre objet que d'empêcher une altération ultérieure des écritures. La tenue de ce livre central n'est dès lors obligatoire que dans la mesure où l'inaltérabilité de ces données n'est pas déjà assurée par les inscriptions dans un journal unique ou dans des journaux spécialisés qui ont été soumis aux formalités légales en matière de visa et de paraphe.   
  
Contrairement  à  ce  qui  se  passait  dans  le  passé  (cf.  version  originale  de  l'article  4  de  la loi  comptable  du  17  juillet  1975),  la  centralisation  proprement  dite  des  écritures  n'est donc  plus  directement  réglée  par  la  loi.  En  effet,  en  vertu  de  l'amendement  apporté  à l'article  4  susvisé  par  l'article  3  de  l'arrêté  royal  n°  22  du  15  décembre  1978  (voyez  à  ce sujet  le  Rapport  au  Roi  précédant  ledit  arrêté  royal,  Moniteur  belge  du  4  janvier  1979, p. 23  et  suiv.),  la  centralisation  comme  telle  ne  tombe  plus  sous  l'application  du  prescrit légal.  C'est  l'entreprise  même  qui,  dans  le  respect  de  l'obligation  relative  à  la  tenue d'une comptabilité  appropriée  à  la  nature  et  à  l'étendue  de  ses  activités,  d'une  part,  et  à l'adoption  d'un  plan  comptable  adapté  auxdites  activités  d'autre  part,  détermine  la  forme, la  fréquence  et  le  degré  de  ventilation  de  la  centralisation.   
  
Dans  un  cas  d'espèce  ‐ il  s'agissait  d'une  entreprise  comportant  plusieurs  divisions  ‐,  la Commission  a  estimé  qu'aucune  disposition  n'empêchait  la  tenue  d'un  ou  de  plusieurs journaux  auxiliaires  par  division.  A  condition  que  ces  journaux  soient  soumis  aux formalités  légales  en  matière  de  visa  et,  le  cas  échéant,  de  paraphe,  l'entreprise  en question  peut  omettre  la  tenue  d'un  livre  central.  
  
Si  ces  formalités  ne  sont  pas  remplies,  la  tenue  d'un  livre  central  couvrant  l'ensemble  de l'entreprise  au  sens  de  l'article  1er  de  la  loi  est  obligatoire.