Avis CNC 4-1 - Centralisation  des  écritures  ‐ Mentions  à  porter  au  livre centralisateur

Cet  avis  est  caduc  suite  à  l’entrée  en  vigueur  de  l’arrêté  royal  n°  22  du  15  décembre  1978  (M.B.  4  janvier  1979).


En  vertu  de  l'article 4,  alinéa  2  de  la  loi  du  17  juillet  1975,  toutes  les  données  inscrites dans  les  journaux  spécialisés  doivent  être  introduites,  avec  indication  des  différents comptes  mis  en  mouvement,  par  voie  de  centralisation  dans  un  livre  centralisateur unique.   

Le  libellé  de  cette  disposition  a  suscité  de  très  nombreuses  questions  relatives  à  son interprétation.  Celles-ci  ont  conduit  la  Commission  à  proposer  au  Gouvernement d'amender le  texte  en  vue  d'en  préciser  la  portée1.   

De  l'avis  de  la  Commission,  le  texte  actuel  doit  s'interpréter  comme  suit  :  

Il  est  évident  que  le  législateur  n'a  pas  entendu  prescrire  le  report  au  livre  centralisateur de  chacune  des  données  inscrites  ans  les  journaux  auxiliaires,  mais  bien  de  l'ensemble  de ces  données.  Les  mots  «par  voie  de  centralisation»  impliquent  en  effet  que  les  données sont  préalablement  groupées  selon  leurs  caractéristiques  communes.   

L'obligation  d'introduire  dans  le  livre  centralisateur  les  données  inscrites  dans  les  journaux auxiliaires  implique  que  cette  mention  doit  porter  sur  les  mouvements  enregistrés.  La seule  mention  des  soldes  des  comptes  qui  ont  été  influencés  par  ces  écritures  ne  répond dès  lors  pas  à  l'exigence  légale.   

En  tant  qu'il  prescrit  l'indication  des  différents  comptes  mis  en  mouvement,  le  texte  ne permet  pas  de  limiter  l'inscription  au  livre  centralisateur  au  total  des  mouvements  et débit  et  en  crédit  des  différents  journaux  auxiliaires,  a  fortiori  de  la  limiter  à  une mention  «divers  à  divers».   

La  centralisation  doit  se  rattacher  au  plan  comptable  de  l'entreprise  et  dès  lors  être effectuée  au  niveau  des  comptes  que  celui‐ci  prévoit.  Dans  de  nombreux  cas  toutefois,  le nombre  des  comptes  prévus  au  plan  comptable  est  considérable  et  le  report  manuel  ‐ vu la  difficulté  d'utiliser  des  moyens  mécaniques  pour  l'inscription  dans  un  registre  ‐ des mouvements  ayant  affecté  chacun  d'eux  peut  constituer  non  seulement  un  travail considérable,  mais  aussi  une  source  d'erreurs.  Il  est  permis  de  penser  que  l'objectif poursuivi  par  le  législateur  ‐ assurer  l'irréversibilité  des  écritures  ‐ n'exclut  pas  que  la mention  au  journal  centralisateur  porte  sur  les  compte  de  synthèse  prévus  au  plan comptable  de  l'entrepris,  pour  autant  que  cette  écriture  soit  appuyée  par  une  pièce justificative  des  opérations  de  centralisation.  Par  compte  de  synthèse,  il  y  a  lieu d'entendre  les  postes  qui  dans  le  plan  comptable  minimum  normalisé  sont  identifiés  par un  nombre  à  deux  chiffres.   
 

  • 1. Voir: Avis relatif à certaines modifications à apporter à la loi du 17 juillet 1975