COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

Avis CNC 2-1 - Comptes  individuels  de  clients  et  de  fournisseurs        

La  question  a  été  posée  de  savoir  si  la  tenue  de  comptes  particuliers  de  clients  et  de fournisseurs  est  obligatoire  et,  dans  l'affirmative,  si  ces  comptes  doivent  être  tenus  en mouvements  et  en  soldes  ou  s'ils  peuvent  être  tenus  en  soldes  seulement.   
  
L'ouverture  de  comptes  individuels  distincts  par  une  entreprise  se  situe  dans  le  cadre  de l'organisation  de  sa  comptabilité.  L'application  des  règles  légales  en  matière  de comptabilité,  et  notamment,  en  matière  de  preuve  entre  commerçants  pour  faits  de commerce  (article  20,  Livre  Ier,  Titre  III  du  Code  de  Commerce)  implique  qu'à  tout moment  toutes  et  chacune  des  opérations  effectuées  avec  des  tiers  nommément désignés puissent  être  retrouvés  et  identifiées  dans  la  comptabilité.  La  voie  la  plus  appropriée  à cet  effet  consiste  généralement,  principalement  s'il  s'agit  d'un  tiers  avec  lequel  les relations  sont  fréquentes,  dans  l'ouverture  d'un  compte  individuel  par  tiers  en  cause, client  ou  fournisseur.  L'ouverture  d'un  compte  s'imposera,  à  des  titres  divers,  s'il  s'agit d'un  tiers  avec  lequel  il  existe  une  relation  de  compte  courant  au  sens  juridique  du terme.   
  
Dans  la  logique  de  ce  qui  précède,  il  s'indique  que  les  comptes  individuels  soient  tenus en  mouvements  et  soldes.   
  
A  l'instar  de  ce  que  souligne  le  rapport  au  Roi  précédant  l'arrêté  royal  du  7  mars  1978 1,  on  relèvera  que  les  entreprises  sont  entièrement  libres  quant  au  choix  du  support  à employer  pour  l'enregistrement  dans  les  coptes.   
  
Le  présent  avis  ne  préjuge  pas  des  obligations  qui  à  d'autres  titres  et,  notamment,  en matière  fiscale,  pourraient  incomber  à  l'entreprise  et  de  fournir  systématiquement  des états  détaillés  de  ses  relations  avec  ses  clients  et  ses fournisseurs 2.   
 

  • 1. L’arrêté royal du 7 mars 1987 (M.B. 13 mai 1978) a été remplacé par l’arrêté royal du 12 septembre 1983.
  • 2. Voir, notamment, Question parlementaire n° 88 du 10 août 1979, de M. Coppieters, Bulletin des Questions et Réponses, 1979, Sénat, n° 23, p. 731.